Vous avez dit Magie ?

Mis à jour : 4 nov. 2018

De quoi parle-t-on exactement.

Méchante sorcière de Blanche Neige ou sorcière super cool de Charmed ? Pratique sérieuse et spirituelle, ou folklore paysans grotesque ? Je pense qu'à ce jour personne n'est capable de définir ce qu'est la Magie en des termes qui pourrait satisfaire tout le monde car c'est un sujet qui soulève les passions, lié à la foi personnelle et dépendant des expériences intimes de chacun.

Si je dis à quelqu'un "je suis une sorcière", je suis presque certaine qu'il ne le comprendra pas comme je veux le dire. Tantôt hippie, tantôt herboriste, tantôt sataniste, tant d'étiquette qu'on colle sur la pratique magique, souvent sans chercher à savoir exactement de quoi il s'agit. Mais c'est le propre de l'Homme que de vouloir identifier les gens et les ranger dans des cases pour mieux les cerner et se rassurer.

Pour notre part, essayons d'y voir plus clair :


Un peu d'histoire


Les premiers rites sont aussi vieux que l'histoire de l'Homme.

L'Homo erectus, découvrant le feu et ne sachant l'expliquer pour autant, cru en un esprit, une entité vivante propre. Puis par la suite, l'idée d'une force vitale animant tous les êtres vivants, les objets et les éléments naturels fit surface, ainsi qu'en des génies protecteurs (animisme).

Les premières croyances étaient centrées sur la fécondité, "déesse-mère", dans des sociétés encore souvent matriarcales. Puis l'apparition de l'agriculture au Néolithique (10 000 av. JC) entraîna une évolution démographique, la création des premières cités, l'organisation sociale et aussi les conflits. A cette époque sont ainsi apparus les déesses liées aux moissons et les dieux de la guerre, et il y eu un basculement vers un système patriarcal.

Les besoins des Hommes conditionnèrent leurs rites et créèrent les différentes sortes de magie : se nourrir et avoir une chasse abondante (magie cynégétique), se soigner et être en bonne santé (magie médicale), se reproduire et avoir des sols fertiles (magie sexuelle), répondre à ses questions (magie divinatoire), évoluer en tant qu'Homme dans la communauté (magie initiatique).


La base des pratiques occultes (magie ou religion) est la contradiction de l'existence humaine qui oeuvre pour vivre, se reproduire, produire des moyens de subsistance, faire l'expérience de sa puissance d'être et d'agir, tout en sachant la précarité et la faiblesse de son existence. Ainsi l'utilité de nos vies et de ce que nous en faisons est remise en question par le fait de ne pas survivre, et la réponse à cette question angoissante est le partage de l'expérience de vie. Les rites sont la preuve de ce partage où chacun réapproprie sa présence au monde dans un acte collectif et public, et non plus comme une présence à soi-même éphémère. Ainsi est créé un "corps magique" qui perdurera après le corps physique.


La différence principale entre magie et religion est que le mage (pratiquant de magie) n'a pas besoin d'un intermédiaire pour oeuvrer. Le terme Mage vient de "mag" en vieux perse qui signifie "science, sagesse" (environ 515 av JC). Ainsi, un mage est une personne ayant étudié les sciences et faisant preuve de sagesse. A cette époque, il n'y avait pas de différence entre magie et religion et les mages étaient aux Mèdes ce que les Brahmanes sont aux Indiens. La scission opèrera avec l'arrivée des religions monothéistes où la pratique des rites et le savoir religieux est réservés, de manière assez paternaliste, aux dirigeants religieux (même si les rites d'anciennes croyances sont souvent repris par ces religions).


Depuis la fin du moyen âge, une distinction commence à être faite entre différentes sortes de magie. La première distinction se fait entre magie blanche et noire, du bien et du mal, autorisée ou illicite. On appelle sorcellerie la magie noire et magie la magie blanche (oui, ça commence à se compliquer dans les termes !).

Vers 1840 apparait la magie rouge (du moins le terme), puis toutes les autres couleurs de magie : rose, verte, brune, bleue...

Le 19e et le 20e siècle verront apparaitre beaucoup d'autres sortes de magie : draconique, élémentale, wicca, solaire, lunaire...


Qu'est ce que la magie dont on parle ici ?


De nombreuses définitions de la magie ont été écrites. Je me sens assez en accord avec les définitions de Crowley et Papus, à savoir « La Magie est la Science et l'Art d'occasionner des Changements en accord avec la Volonté » et « La Magie est l'étude et la pratique du maniement des forces secrètes de la nature ».

On retrouve des notions essentielles de la pratique magique comme je l'entends :

  • La science, l'étude : Le mage doit étudier, apprendre, étudier, chercher, confronter les idées, remettre en question. La magie, ce n'est pas reproduire sans réfléchir d'obscurs rituels. C'est les comprendre et se les approprier dans ses croyances et ses énergies. Or pour comprendre des savoirs aussi anciens, il faut du temps ! Et on ne peux pas remettre les choses en cause si on ne sait pas ce que l'on remet en cause. Par exemple, avant de juger le signe de la croix, saviez vous qu'une de ses origines est le dieu de l'abondance sumérien Dumuzi dont le mythe est proche de celui de Cernunnos ? Il est donc essentiel que chaque mage étudie les égrégores, les symboles, les lois universelles... Les grimoires servent à cela : ils sont nos livres d'étude personnels, là où nous inscrivons des savoirs avec lesquels nous sommes d'accord ou pas et nos réflexions personnelles.

  • La pratique, la volonté : Comme le disait Bardon, "on ne doit pas chercher à satisfaire simplement sa curiosité" et la magie est un art qui se pratique avec volonté, patience et persévérance. Comment pensez-vous que ce soit passé la première fois que j'ai tracé un cercle ? Je me sentais ridicule, incertaine, sans légitimité et j'avais l'impression que ce qui devait être de longues paroles solennelles était dans ma bouche de courtes phrases sans intérêt. Je me suis dis "en fait, ça sert à rien" et alors le cendrier en verre super épais où j'avais mis le charbon a explosé au milieu du salon ! Message reçu : ça sert à quelque chose, mais si tu crois que ça va te tomber tout cru comme ça, raté !

  • Les forces secrètes de la nature : Je crois profondément en une magie liée à la nature, à la Terre, aux éléments, même si certains supports spirituels me parlent également (croyances celtiques, nordiques, grecques, égyptienne). Samaële disait à Mélusine à la fin de ces "préceptes d'une sorcière pour une autre" (magnifique texte que je vous recopierait) : "Pour lui, l'humain endormi dans le temps, être sorcière c'est être l'accoucheuse du ciel et de la terre réunis dans l'espace et le temps". C'est exactement comme cela que je le vois.

Comme mentionné en introduction de ce blog, je reprécise ici que tout cela n'est qu'une opinion personnelle que je ne présente pas comme vérité. La vérité dépend du contenu des connaissances de chacun de nous, donc impossible de généraliser la vérité car chacun a sa propre vérité.